Dis, comment on devient coach ?

Un article pour partager avec vous le chemin que j'ai emprunté pour devenir coach !

Lorsqu’on souhaite changer de job, développer ses compétences, aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte, plusieurs options (pas forcément classées par ordre de facilité) se présentent…

  1. En parler à ses collègues (souvent une très mauvaise idée)

  2. En parler à son mari, ses amis, ses parents (une idée encore plus bête)

  3. Surfer sur internet et se perdre dans le méandre des informations (suicidaire)

  4. Rencontrer des professionnels exerçant le métier qui nous fait rêver : BINGO c’est la meilleure route !

Depuis que je suis entrée sur le marché du travail, on peut dire que j'ai exercé plusieurs métiers. Je n'ai jamais eu peur de changer, de retourner apprendre et d'oser prendre quelques risques.

J’ai un avantage certain pour choisir ces routes différentes : l’orientation, c’est déjà mon métier depuis presque vingt ans. La gestion de projet, c’est aussi un domaine familier. Donc pas diagramme de Pert, juste une once de bon sens pour mener ma réflexion. On m'interpelle assez souvent que ce soit pour devenir coach ou des étudiants qui souhaitent exercer mon métier de responsable marque employeur. Pour les étudiants, je remets l'époque en perspective : j'ai fait des études de communication au crayon à papier....On démarrait juste les ordinateurs...Ok, ça fait vraiment vieille chose de parler comme cela mais je vous assure que j'ai encore le souvenir des chemins de fer lors de mes cours d'écriture de presse (années 90, bonjour !). Cette discipline (la marque employeur) est encore récente et il n'existe pas de formation mais un panel de compétences à avoir. Je n'en parlerai pas dans cet article ! Revenons au métier de coach ! Quelle a été ma démarche ? J'a commencé par mes poser des questions et aller chercher les réponses à l'extérieur :

Première étape : Pour devenir coach, on fait comment ?

Est-ce que cela s’apprend à l’école ? En vit-on correctement ? Est-ce un métier réglementé ? C’est quoi la différence avec un psychologue ?

Des premières réponses : il existe des écoles, c’est compliqué d’en vivre sauf si on travaille pour les entreprises. Pas de réglementation, beaucoup de charlatans, des syndicats professionnels plutôt discrets. Le psychologue va travailler sur les « pourquoi ? », le coach va travailler sur le « comment agir ? ». A ce niveau-là de démarches, je bouillonnais. C’était déjà mon élément…

Alors je rencontre des coachs, je leur pose des milliards de questions, je réalise un coaching (et je rencontre une femme formidable Jacqueline A.) J’ en parle quand même autour de moi.

La deuxième étape arrive assez vite : Formation or not formation ?

Pour moi, la réponse est évidente. Je suis une professionnelle de la pédagogie, une Addict à la formation ! Je suis convaincue de ses bienfaits, du brassage des idées, des apprentissages, du cerveau qui phosphore. Certains coachs rencontrés avaient moins de pratique que moi des entretiens. Sept ans de relation d’aide, des formations de perfectionnement tous les ans mais une orientation très "conseil". Je suis peut-être déjà un peu coach ? Très vite ce qui était essentiel à mes yeux en 2015 c’était la légitimité. Comment poser le nom "coach" à côté de mon nom de famille ? La seule route était celle de la formation. J’ai décidé d’aller confronter ma pratique, enrichir mes connaissances, apprendre des choses nouvelles. J’aurai décidé de devenir fleuriste, il aurait bien fallu que je reparte à l’école, non ?

Bizarrement pour tous les « nouveaux » métiers, les gens pensent qu’on fait ça sans expertise, juste avec un peu de bagout et d’instinct. Mais pas moi…Pour devenir formatrice, j’ai suivi une formation de neuf mois et j’ai passé un titre professionnel. Alors pour devenir coach, c’est pareil ! Comment devenir l’accoucheur sans maitriser les rouages du questionnement ?

Le choix de l’organisme a été très rapide pour moi. J’ai rencontré Pascale Machet et j’ai su que ma route allait la recroiser. Tout de même en bonne commerciale, j’ai aussi contacté d’autres organismes pour comparer. Hors de question d’aller sur Paris et le DU à la Fac me semblait trop théorique.

Conseil aux candidats : Regardez dans votre ville quels sont les organismes de formateur de coachs, allez rencontrer les dirigeants, interrogez leur réseau. Regardez quels sont les coachs formés par les organismes. Et suivez votre intuition ! La charte de déontologie de l’organisme que vous choisirez doit vous ressembler, les mots des dirigeants doivent faire partie de votre vocabulaire, vous devez partager les mêmes valeurs. Comme pour le candidat fleuriste qui irait se former auprès des professionnels qu’il respecte et qui le font rêver…

Cinq ans après la formation... Bien entendu qu'on peut posséder la posture avant d'entrer en formation et c'est mieux....J'ai tout de même assisté à quelques transformations de stagiaires ! Plus qu'une formation, c'est un parcours, un chemin vers soi. Vous apprendrez à bien identifier votre cadre, vos limites et votre singularité. J'ai pris du temps avant de me décider à accompagner mais ce n'est pas parce que je n'étais pas prête. Pour moi, un coach sans formation, c'est dangereux pour tout le monde ! Cinq ans après ma certification, je peux vous garantir que le diplôme reconnu par l'Etat ou pas n'a aucun impact sur votre pratique ni sur l'intérêt de vos clients ! J'ai poursuivi mes activités salariées en y ajoutant des pincées de coaching donc on peut aussi se former au coaching et ne pas vouloir être coach à temps plein. Je peux également vous affirmer que c'est une porte ouverte vers d'autres apprentissages ! Depuis, je me suis formée à l'approche narrative, à la spirale dynamique, à l'arbre de vie et tout un tas d'autres choses (et ce n'est pas fini...) ! Se former ne signifie pas qu'on est expert ni légitime mais la formation permet d'ouvrir des portes et d'agir en sécurité pour soi et pour les clients !



145 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout