Légèreté, légèreté chérie

Dernière mise à jour : 2 févr.

C'est lorsque tout s'écroule, lorsque les problèmes se succèdent qu'on aimerait être plus léger. L'est-on toujours ou cela s’apprend-t’il ? J'ai d'abord avant de commencer l'écriture de cet article regardé les définitions... Légèreté : qualité de quelque chose, quelqu'un, agile, souple, gracieux. J'ai cherché encore : manque de sérieux, de prévoyance. Et mon cerveau multidimensionnel est allé se promener sur les sites. J'ai lu de nombreux articles et mon avis a vacillé...


Être léger ne signifie pas avoir une vie légère

Moi qui voyais dans la légèreté une aptitude au bonheur, les philosophes ont tout balayé en quelques heures...Vouloir s'élever plus haut que sa condition humaine n'entraîne pas que le bien-être. Rester ancré au moment, au présent, à ce que je peux faire dans cette lourdeur est une des pistes de ma réflexion. Pourtant, les échos des articles des magazines, les catalogues de coaching nous vendent cela, n'est-ce pas ? Un accès à la simplicité, une capacité à prendre du recul, être positif quoiqu'il arrive. Je me suis rendu compte que je n'adhérais pas du tout à cette théorie. Je ne suis pas légère. Mais pas du tout ! J'apprends au quotidien à cultiver mon estime de moi et ma confiance en moi. J'apprends à emmagasiner les bonheurs et à les sortir lorsque cela ne va pas. J'apprends sur moi. Je ne suis donc pas dans la légèreté. Ce travail intérieur n'est pas que douleurs, il est jonché de choses plus ou moins agréables. Et je suis d'accord avec cela ! Dire que tout est facile est très culpabilisant pour les êtres humains.


Je possède les clés de mon bonheur

Eh bien, dites cela à certaines personnes de mon entourage et vous prendrez une gifle ! Faire croire qu'on peut tout maitriser, tout anticiper, tout enclencher est un leurre moderne. Ce que je possède, ce sont les clés de la connaissance. Je peux apprendre encore et encore. Bien entendu, je peux cultiver le goût des choses simples, ne pas avoir de désir qui dépasse mes possibilités (ou mon époque). Bien entendu, je peux trouver dans certaines activités un pouvoir apaisant. Tout n'est pas que gravité. D'ailleurs, ce mot n'est pas le contraire de légèreté ! Donc, vous l'aurez compris, j'ai imaginé cet article en pensant faire un éloge à la légèreté et je finis en vous écrivant l'inverse... Je me suis même dit qu' inciter fortement les individus à plus de légèreté, c'était les pousser vers une non-action, vers un auto-centrage, une individualité morbide. Hors de question de survoler ma vie, de ne pas vivre toutes les émotions bonnes ou moins agréables. Hors de question d'être tirée vers la futilité lorsque le sérieux s'impose pour pouvoir réfléchir. J'entends des voix qui s'élèvent "Laurence, tu te détends comment si tu veux prendre la vie moins au sérieux ?". Mes amis, la vie est sérieuse ! La vie est fêtes et expériences ! Je ne souhaite pas la laisser passer en futilités.


Je préfère vivre chaque seconde comme essentielle.

Je revendique une légèreté active. La mienne s'acquiert avec un "travail". Elle ne m’endort pas de la futilité, elle me préserve du "vautrage" intellectuel et médiatique. Elle n'est pas toujours simple d'accès. Elle se rebelle et parfois perd la bataille me laissant sombrer dans un espoir de superficialité. Alors, je me rêve futile. Mais, cela ne dure pas longtemps !

42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout